RIDE ON THE HIGHWAY

RIDE ON THE HIGHWAY

A découvrir jusqu’au 19 janvier 2018 sur le chantier de la 3e voie de l’A10. Après la sortie 24 dans le sens Paris – Bordeaux. Point Kilométrique (PK) 215,300.

Prologue :

Le temps est relatif.
On joue avec le temps, enfin on essaie.
On va plus vite afin qu’il nous dépasse.
Il fut un temps où je galopais pour gagner du temps.
Maintenant, la vitesse n’est plus que raisonnablement excitante.
On tente d’aller doucement, mais on finit hélas par être rattrapé par le temps.
Le temps nous rappelle qu’il est à la fois hier et demain.

Le temps nous ouvre sur le multivers, qui permet de nous observer autrement.
Le multivers, l’ensemble des univers possibles.
Disons que pour passer d’un espace à un autre temps, il n’exige que la traversée d’une couleur, la transparence, une action, la transcendance.
Selon les tempéraments, le cercle, la boucle, la cassette, le vinyle, la pellicule, le CD, le disque dur et la cryptonite etc, tout cela tourne.
Prenons la métaphore du vinyle, nous sommes comme ce diamant, nous sommes donc toujours, ici même, pour témoigner du monde qui plus ou moins nous gravite. Je pense donc je suis.
Mais à travers le multivers, nous sommes en revanche combinés, empilés de nous-mêmes et de nous tous.
Puisque notre histoire est d’une certaine façon déjà tracée, pourquoi donc ne pas se fier au présent, car dans tous les cas, je suis, vous êtes, nous sommes.
Les idées permettent de nous conduire, de nous construire, ou les deux à la fois.

Mettant ma main dans le vent, je sens le ruban se dérouler au milieu du paysage.
Le paysage en fond, l’acteur au premier plan, que ce soit un cheval ou une Mustang.
Je suis à côté de moi, qui est un récit, et moi, son reflet.
J’ai le choix de m’intégrer au décor ou de rester dans une cage.
Il vaut mieux rester dans une cage et laisser l’esprit s’évader à ma place.
Sur cette ligne droite, d’un point à l’autre, je réduis le temps, mais je repasse aux mêmes endroits et lui rembourse les dettes du passé, en lui devant ma présence.
Je me cherche donc dans une répétition entre le passé et le présent à peine passé, pour retrouver un fragment du futur vécu.

MA ZHONG YI